Mes lectures : Les bases du bondage

Mes lectures : Les bases du bondage

les-bases-du-bondageDestiné aux novices ou aux amateurs avertis qui veulent en savoir plus sur les jeux de cordes, ce livre informatif, créatif et récréatif est le compagnon idéal pour pimenter la vie sexuelle et amoureuse. Avec ce guide qui présente pas à pas et en images l’art du bondage, Lord Morpheous fera du lecteur un expert en noeuds coquins et liens grivois.

Thèmes abordés : ce qu’il faut savoir avant de commencer, l’histoire du bondage, la culture BDSM et les jeux de contrainte, trouver le bon partenaire, bien choisir son matériel, maîtriser les nœuds et les liens, les techniques pas à pas, conseils de sécurité…

 

176 pages en couleurs sur tout ce qu’il faut connaître pour bien commencer la pratique du bondage.

Le bondage est une discipline qui a toujours éveillé en moi un intérêt étrange. Un mélange émerveillement, d’érotisme et de techniques. Jusque-là, je me contentais de regarder quelques images sur le web comme un enfant qui regarde les jouets dans la vitrine d’une boutique sans jamais oser faire un pas vers vers cette pratique qui, dans ma tête, devait être réservée aux professionnels, des « as » de la corde . Un milieu très fermé où il faut montrer patte blanche. Alors quand les éditions Tabou ont parlé de cet ouvrage, j’ai voulu en savoir plus. Les origines de cet art, les tenants, les aboutissants..

“Les bases du bondage” est une très bonne approche pour découvrir les fondamentaux du Shibari. Le livre est très classieux et abordable pour un novice. Les origines y sont décrites et l’ouvrage nous explique aussi bien les règles de sécurité, le matériel préconisé et surtout l’entente primordiale à avoir avec celui ou celle qui accepter d’être attaché de vos mains. Lord Morpheous et à la barre de ce livre et de par son expérience, on est guidé simplement à la compréhension de l’acte d’attaché. Comprendre l’esprit et la passion de l’auteur pour la corde même, car l’objet est aussi érotique que le corps qu’il emprisonne de façon érotique, donne toute sa dimension à cet art japonais. Car oui, c’est un art et non une pratique uniquement à but sexuel. Certes, il permet sans doute de « jouer » ensuite, mais c’est avant tout un esthétisme particulier comme un peintre et sa muse, le sculpteur et son modèle. Il y a une symbiose, une alchimie qui doivent être palpables entre l’attachée et l’encordeur. Les photos permettent de découvrir le rendu sur le corps de la femme, ce qui a beaucoup plu à Tania qui m’a avoué vouloir essayer.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai aimé cet ouvrage et je dirais qu’il m’a lancé dans le début du Shibari qui déviera certainement vers aussi du Kinbaku (étant joueur cela pourra me donner des idées de jeux pour couples axés sur la corde). Tania m’ouvrant cette porte, toutes les conditions sont réunies pour que j’essaye. Les écrits m’ont donné plus envie de me lancer que les photos. Oui les photos sont assez claires, sans doute pour jouer sur les couleurs des cordes et de la lingerie des modèles, mais elle me font plus penser à des jaquettes de VHS de films X des années 80 tout comme les techniques décrites avec photos sont moins compréhensibles qu’en s’aidant de quelques vidéos trouvables sur le web.

Quoi qu’il en soit, l’un de mes partenaires m’envoie prochainement une première corde qui va me permettre de m’essayer à la pratique avec Tania. Je ferai évidemment des articles sur mes essais et je compte sur vous pour me donner des avis ou des conseils, car, malheureusement, sur Toulouse (comme ailleurs), je n’a pas trouver de « cercle » pour en discuter ou rencontrer des pratiquants. Quelques cours sont donnés, mais les prix m’ont dissuadé.

 

 

Enregistrer

Enregistrer

By | 2017-06-19T08:50:17+00:00 janvier 13th, 2016|Lectures|0 commentaire

About the Author:

Laisser un commentaire

Vous devez avoir 18 ans pour consulter ce site.

Merci de vérifier votre âge

- -