Le cellophane ou, le bondage plastique

Le cellophane ou, le bondage plastique

Jouer avec de la Cellophane est propre aux jeux du BDSM. Cela porte le doux nom de « Momification » (ou Wrapped). Attention, car ce terme désigne clairement un jeu BDSM avec ces risques.

Voyons ici une façon plus ludique de s’initier.

La momification consiste donc à immobiliser son/sa partenaire à l’aide de cellophane, film étirable, de l’adhésif, du latex, du tissus. L’idée est de créer un cocon pour paralyser son/sa soumise. Dans le cadre de momification BDSM, on paralyse entièrement sa victime telle une araignée afin de la priver de sensations. Il est toutefois possible, sans aller jusqu’à la momification totale, de jouer avec la matière.

Si toutefois l’envie d’essayer la momification totale vous tente, pensez bien qu’il y a des risques (Hyperthermie, strangulation, embolie, asphyxie, étouffement déshydratation, etc). Toujours avoir une paire de ciseaux, de préférence à bouts ronds et prévoir un signal en cas de problèmes. Et bien sûr, ne pas obstruer la bouche (sauf si vous utilisez des accessoires bdsm pour la respiration, voir les boutiques spécialisées)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Lingerie plastique

jouer avec la cellophane ou film étirable peut-être sympa. L’avantage de la cellophane c’est que ce n’est pas coûteux.

S’essayer à jouer avec ces matières n’est ni plus ni moins que l’extension du jeu ou l’on attache son/sa partenaire avec des menottes, foulard, etc. Avoir essayé ces accessoires vous a déjà mis un pied dans l’univers du BDSM sous le doux nom de Bondage. Essayer le film « palette » utiliser dans les entrepôts est gage de qualité si on en croit certains témoignages sur le web. Il adhère bien et il est très résistant. Vous pouvez aussi opter pour le « Bondage Tape », ces petits rouleaux de tissu adhésifs propres aux pratiques BDSM qui ont l’avantage d’être auto-adhésives.

Vous en trouverez notamment chez notre partenaire sex-shopSM.

Dans un premier temps, vous pouvez habituer votre soumis(e) à cette matière en lui confectionnant de la lingerie. Oui, de la lingerie en cellophane. De la lingerie bien serrée sur votre partenaire. Effets garantis pour les fétichistes. Les organes compressés dans ce film transparent qu’il ou elle devra porter non seulement durant vos soirées mais pourquoi pas en allant voir des amis. Interdiction de l’enlever d’où l’importance de devoir prendre ses précautions avant, ou alors, c’est que vous êtes à un niveau de jeu vous permettant de lié cela aux jeux uro. A vous de voir. La cellophane tient chaud. C’est un point important à ne pas négliger, car le/la momifié(e) risque de transpirer quelque peu. Soutien-gorge culotte, string, tout est réalisable et permet de maintenir les sextoys en place une fois bien serrée.

 

 

Passons à l’immobilisation partielle. En reprenant l’idée de créer des menottes pour les poignets et chevilles, il est possible de jouer avec la cellophane. On peut aussi partiellement immobiliser la victime en ne laissant que les parties avec lesquelles on souhaite jouer. Ainsi on peut imaginer Monsieur ou Madame saucissonner de façon a avoir les fesses ou les seins à l’air ou Monsieur saucissonné avec juste le sexe accessible. Toutes les positions sont imaginables en fonction de vos envies et possibilités. Tout le monde n’a pas la souplesse d’un gymnaste. La possibilité d’utiliser les objets de décorations, meubles. Une chaise sera de base intéressante pour y cellophaner votre victime. Une table basse peut être une bonne initiative. Une table à manger peut être un support sympa pour s’essayer à manger sur le corps de votre proie comme aiment le faire les Japonais. Bref, il y a tant de choses à faire.

Attention toutefois à prendre les précautions d’usage. Une personne immobilisée ne peut se rattraper si les bras sont bloqués. Sur un meuble ou même debout.

Avant de vous lancer dans ce type de « jeu ». Discutez-en avec celui ou celle qui sera immobilisé afin de définir les limites acceptables et surtout, définissez un code que la personne immobilisée pourra faire lorsqu’elle sera attachée pour faire comprendre qu’il y a un souci. Un code réalisable si la victime est en plus, baillonné(e) bien sûr !

La momification partielle

Vous décidez donc de commencer, mais comment immobilisé ma victime/soumis(e) ?

Partiellement, cela peut être un bon début. Pour cela, à vous de voir comment immobiliser les bras. Le long du corps serait un bon début. Le film bien tendu, on enveloppe la victime. On peut aussi opter pour qu’il/elle est les mains croisées sur le torse ou dans le dos (moins confortable). Peut-être qu’une simple paire de menottes en cellophane suffira. La position des jambes dépendra de comment vous voulez jouer avec votre victime. Les jambes repliées, écartées, etc. Les parties intimes seront en libre accès pour pouvoir le torturer ( sexuellement, cela va de soi). La position et donc la manière d’envelopper sera à votre guise en fonction de votre envie de jouer, le confort de la victime, ses possibilités physiques, etc.

Vous avez enveloppé votre victime…ou soumis(e), qu’elles sont les actions à faire ? Et bien, tout ce que vous pouvez faire dans la limite fixer par lui/elle avant le commencement.

Vous pourriez déjà exciter votre emballé(e) sans aller jusqu’au bout et le/la laisser se tortiller d’envie en allant faire un tour ou juste en le/la regardant dans cet état avant de relancer l’excitation jusqu’à l’extrême puis attendre de nouveau, ainsi de suite. Oui j’avoue c’est cruel.

Si Madame est la victime, on peut user de petites pinces à seins pour la pousser à bout. De toute façon elle ne pourra pas les enlever. Tout comme le plaisir de la voir se tortiller comme un ver de terre si on place un vibromasseur ou mieux, un stimulateur clitoridien coincé dans une des nappes de la cellophane. Là aussi, on peut décider de la laisser patienter en arrêtant au moment propice. L’idée du vibromasseur peut être aussi adaptable à monsieur qui a le sexe en dehors du film. On prend un morceau de ce film et on enveloppe son sexe en érection, cela va de soi, et on regarde Monsieur se tortiller. On peut aussi user des masturbateurs ou vaginette pour exciter Monsieur.

Si Madame est a momifiée, Il est possible d’user d’un masturbateur, celui de votre choix, mais habillement placé pour procurer su plaisir sans qu’elle ne puisse se dérober. L’utilisation des pinces à seins dans un cadre un peu plus BDSM ou le vibro ou plug anal directement inséré. Libre une fois de plus à votre imagination ou perversité et bien sûr, aux limites de chacun. Toutes les idées sont bonnes à condition de prendre les règles de sécurité en compte. Notamment si vous décidez d’immobiliser votre victime debout. Veillez à ce qu’il n’y est pas de perte d’équilibre (attention aux bras immobilisés donc, car la personne ne pourrait se retenir.). User d’un support serait plus sécuriser sans toutefois ne pas négliger les règles de sécurité pour autant.

 

 

 

La momification totale

Là, vous entrez dans la pratique BDSM ou votre victime sera momifiée totalement. Les yeux y compris. Une fois de plus, reprendre les règles de sécurité dites plus haut en rouge.

Le corps pourra être enveloppé de cellophane, puisqu’ici c’est l’idée, mais vous pourrez user d’autres accessoires ( tissus, latex, plâtre, etc). Malgré que la momification soit totale, vous pourrez pour « jouer » laisser accès aux parties génitales et bien sûr, les narines dégagées.

Les pratiquants BDSM de la momification mettent en avant les sensations décuplées par la privation sensorielle et l’impuissance à pouvoir réagir (SM). Il peut arriver que le soumis (le/la momifié(e) puisse avoir un état de flottement proche de la décorporation (être hors de son corps). C’est une perception propre à chaque individu. La concentration de celui/celle-ci reste axé sur son rythme cardiaque et les sensations de douleurs ou de caresses données par le/la dominant(e). Attention aux personnes souffrant de problèmes cardiaques. Votre momie ne doit avoir que le nez ou éventuellement la bouche de libre pour respirer. Veillez bien à ce que la tête soit dans une position confortable.

Afin de réaliser une momification, voici les pratiques de bases.

Enveloppez votre victime des aisselles jusqu’aux doigts. Une fois les deux bras réalisés, enveloppez la poitrine en prenant soit de croiser le film entre la poitrine et les épaules sans repasser sur les bras dans un premier temps. Continuer afin d’obtenir une bonne couche de film. Il ne faut pas que ce soit trop fin.

Idem pour les jambes que vous allez saucissonnez jusqu’aux orteils indépendamment l’une de l’autre avant de les relier entre elles et enchaîner avec le reste du corps. Vous pouvez solidifier votre cocon en utilisant d’un film adhésif de gros formats (pas le scotch d’école) sur votre cellophane et jamais sur la peau directement. Pour ce qui est de la tête, il est évident qu’une ouverture au nez est obligatoire. La bouche…c’est selon vos envies. Si vous masquez les yeux (sensation totale), pensez à ajouter de petits cotons au niveau de la vue afin de ne pas endolorir votre victime et afin qu’il/elle soit dans le noir totale.

Une fois votre cocon réalisé, vous pouvez jouer à loisir avec votre victime. Le temps qu’il restera dans son cocon dépendra de sa capacité et son envie. De 10 à 20mn et plus pour les habitués. La règle essentielle est de ne jamais le laisser seul et d’avoir une paire de ciseaux à bouts ronds près de vous.

Libre à vous de vous lancer désormais.

N’hésitez pas à me signaler des erreurs ou oublis concernant cette pratique. Je corrigerai.

 

By | 2017-11-20T12:33:11+00:00 novembre 20th, 2017|sexualité|0 commentaire

About the Author:

Laisser un commentaire

Vous devez avoir 18 ans pour consulter ce site.

Merci de vérifier votre âge

- -